Merritts Hill Music

Merritts Hill Music

Le Devin du Village

J.-J. Rousseau

Category: Wind Band  > Classics

Duration: 10' 00"

Price: £65.00

Play Audio Sample

Click to preview this piece (opens PDF file, Adobe Reader or similar required)

Although Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) is best known to the world at large as a left-wing philosopher and pioneering author, and to the French as the Father of the Revolution, he was primarily a musician and regarded himself above all as a composer. His one-act opera Le Devin du Village was first performed at court in 1752 and later at Marie Antoinette's wedding. It was such a success that Louis XV awarded him a pension which he scandalously refused.

To mark the tercentenary in 2012 of Rousseau's birth, the eminent baroque authority Jean-Louis Petit devised this suite of airs for wind band. It is lightly scored in a manner similar to Poulenc's Suite Française (q.v.) and its rustic energy gives a colourful introduction to the works of a most inventive composer. As you might expect in music of this period, the double reeds are prominent; but if like many bands you have only one oboe and bassoon you will find the second parts cued elsewhere, and none of the flavour is lost!

Bien qu’il soit le plus universellement connu par sa qualité de philosophe de gauche ainsi que par sa notoriété d’auteur d’ouvrages pionniers, et bien qu’il soit considéré par les Français comme le « Père de la Révolution », Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) fut avant tout un musicien et il se considérait lui-même comme tel et surtout comme compositeur.

Son opéra en un acte « Le Devin du Village » a été écrit en 1752. Lorsqu’il fut joué plus tard à la Cour, lors du mariage de Marie-Antoinette, il obtint un tel succès que Louis XV accorda à Rousseau une pension, qu’il refusa, au grand scandale de tous.

A l'occasion du tricentenaire de la naissance de Rousseau en 2012, l'éminente autorité baroque de Jean-Louis Petit a conçu une suite d'airs extraits de cet opéra et il l’a orchestrée pour orchestre d'harmonie. On y trouve, légèrement marquée, une manière et une tournure similaire à celle de Poulenc dans sa « Suite Française ». Son énergie rustique et son langage coloré nous introduisent dans l’univers d’un compositeur très inventif.

Comme on pouvait s'y attendre dans la musique de cette période, les anches doubles sont au premier plan, mais si, comme dans beaucoup d’ensembles, vous ne disposez que d’un seul hautbois et d’un seul basson, vous trouverez les « à défaut » ailleurs pour remplacer les deuxièmes parties, sans que la saveur de l’ensemble en soit altérée.